Photographies, infographies et textes déposés.© M.Hurtrel, 2007/2016 - Tous droits réservés.
Atelier d'artiste
15 rue de l'abbaye
36220 Fontgombault
 

Pourquoi pas la poésie

On me dit, lors d’une discussion fort courtoise, que la poésie a les moyens de vivre ailleurs qu’en édition classique, puisque le produit est mauvais (au sens commercial entendons-nous). Que la blogosphère et l’impression numérique lui offre la possibilité de vivre.
Je voulais répondre en privé, mais j’ai plutôt envie d’exprimer ici mon sentiment et mes constats, puisque le sujet est déjà un peu soulevé sur mon mur Facebook et celui du talentueux poète Paul Nwesla.


La blogosphère c'est de l'éphémère, c'est un éclair et plus rien. La poésie ne peut pas vivre là, elle ne fait qu'y passer péniblement entre les expressions enrubannées des journaux intimes où elle n'a pas sa place, parce que la poésie ce n'est pas cela, ça ne l'a jamais été mais la confusion est tenace puisqu'on met facilement dans le même pot les deux. Ceci bien souvent, il n'y a qu'à lire dans les commentaires pour s'en rendre compte. Il suffirait pourtant de se pencher un peu, même pas beaucoup, un peu plus sur ses pages pour la discerner.

Quant à l'impression numérique dont on suggère également l’usage, je ne sais trop quoi en penser. Je lis impression, mais imprimer n'est pas accessible à tous, je lis numérique, ce n'est pas accessible à tous non plus, et les poètes ne sont pas nécessairement les mieux outillés. Mais y aurait-il un espoir ici ? Ou ne serait-ce encore que ces pseudos éditions qui acceptent tous les clients qui en ont les moyens, bien que nous sachions tous que talent et argent ne sont pas greffés sur le même scion.

Mais je comprends que dans un monde d'argent, la poésie ne puisse aller autrement que mal, c'est invendable, on ne peut pas reprocher à un commerçant de refuser de proposer à la vente un rossignol. Elle est inaccessible, opaque, élitiste, ésotérique, pour beaucoup, ça ne vaut pas le tour de rein pour la cueillir et pas la harangue pour la faire connaître.

C'est dommage, mais les poètes ont conscience pour la plupart de cet état, ça ne nous empêche pas d'écrire, sur le vent hélas. Les poètes ne sont pas ce que la généralité en fait, et la poésie est ignorée parce que confondue, c'est une prétentieuse ridicule qui ampoule le mot à l'heure de la gouaille. Anachronique.
Il faut aussi que les poètes gardent leur poéthique en tête, écrire en poésie est un acte qui ne peut rouler des hanches place de la Madeleine. Sinon la poésie mourrait, d’une autre façon, mais ce serait aussi lui nuire.

Et puis il y a tant de poètes sous terre à lire que les vivants ont bien le temps.


Marie Hurtrel

TVA non applicable; article 293B du Code Général des Impôts | SIREN 5130183090 Artiste à La Maison des Artistes
"La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir." Leonard de Vinci
~ Sites suivis :
 
L'art est un engagement d'espérance, une oeuvre est une fenêtre sur les mondes intérieurs, une peinture est l'instant infini du regard, une déclaration de liberté.
Marie Hurtrel
Le Blanc
36300
Prenez un cadre, et n'y entrez jamais, d'aucun pinceau ni d'une lettre, puisque tout ce qui se lit entre le bois et sur la toile et tout ce qui se grave entre les pages d'un livre, ne s'y trouvent pas.
Marie Hurtrel
--
 
     
Une photographie ne peut représenter l'exact aspect d'une oeuvre. Les couleurs peuvent légèrement différer ainsi que les rapports des dimensions.
  Copyright 2007-2009 Art Hurtrel